Ravage Paris dans une France o la Ville prosp re o le Progr s de l homme clate o l lectricit devenue indispensable a m me remplac l agriculture tout semble possible et l Homme n a m me plus peur d

  • Title: Ravage
  • Author: René Barjavel
  • ISBN: 9782070394289
  • Page: 100
  • Format: Mass Market Paperback
  • Paris 2052 dans une France o la Ville prosp re, o le Progr s de l homme clate, o l lectricit , devenue indispensable, a m me remplac l agriculture, tout semble possible et l Homme n a m me plus peur de la mort Pourtant, apr s une formidable panne lectrique, la ville est brusquement plong e dans le chaos.Un panique effroyable prend les Parisiens, laissant les hommParis 2052 dans une France o la Ville prosp re, o le Progr s de l homme clate, o l lectricit , devenue indispensable, a m me remplac l agriculture, tout semble possible et l Homme n a m me plus peur de la mort Pourtant, apr s une formidable panne lectrique, la ville est brusquement plong e dans le chaos.Un panique effroyable prend les Parisiens, laissant les hommes en proie leurs instincts les plus primaires go sme, folie, pillages, tuerie, barbarie

    • [PDF] Download ✓ Ravage | by ↠ René Barjavel
      100 René Barjavel
    • thumbnail Title: [PDF] Download ✓ Ravage | by ↠ René Barjavel
      Posted by:René Barjavel
      Published :2018-09-05T15:49:11+00:00

    One thought on “Ravage”

    1. 2050. Les ouvriers sont "de la racaille", l'apocalypse est causée par "les nègres" et les femmes sont superficielles et faibles (et on les montre nues à la tv le soir, pour "favoriser les relations conjugales"). Un futur qui laisse rêveurLa société en elle-même est assez vomitive, pour les raisons citées ci-dessus (racisme, sexisme et élitisme). Le personnage principal, qui éclipse tous les autres, correspond tout à fait à ce conformisme social et, en prime, est désagréable, imbu d [...]

    2. I rarely write reviews, but this book deserves that I make an exception. It is so badly written, and laden with such rampant chauvinism, that I strongly recommend against it. Spoiler alert!! In a (hastily and superficially described) futuristic world, all electricity disappears (yes). The (righteous) main male character takes matters into his own hands and saves the girl he wants (she didn't seem that interested in him, but she's an airhead, as women are known to be). The whole planet burns, for [...]

    3. Un des rares livre dont je peux dire que je le déteste. Est ce moi ou bien ce livre est une apologie assumée d'une forme de pétainisme, louant le retour à la terre, la méfiance à l'égard du progrés technologique et le culte du chef, nécessairement viril ???Bref, un gout amer m'est resté longtemps apres cette lecture.Les autres Barjavel m'ont fait l'effet de roman de gare moins polémiques.

    4. Cet ouvrage est remarquable de vision et de surprise jusqu'à la 4ème partie.La comparaison avec d'autres romans de science-fiction tel que 1984 et Le Meilleur des Mondes s'arrêtent à de brèves allusions au monde de Barjavel en 2050 qui ne monopolisent pas l’œuvre dans sa totalité. Barjavel nous parle d'un monde dicté par l'électricité et une lutte des classes dont les gens semblent s’accommoder mais ce monde meurt avec une panne soudaine qui plonge la France entière (à noter que [...]

    5. Rarement un livre ne m'a inspiré une aussi large palette de sentiments. Certains aspects de ce livre m'ont énervé, rebuté même, tandis que j'en ai trouvé d'autres brillants. Les aspects intéressants:- Les inventions technologiques des années 2050 vues par un homme des années 1970 font très souvent sourire, mais ne sont parfois pas si éloignées de la vérité.- Plusieurs aspects de la chute d'une civilisation technologique m'ont semblé réalistes et clairvoyants. - L'horreur de ce ge [...]

    6. Technophobe, réactionnaire, pétainiste, sexiste, raciste, tout ceci est peu étonnant vu les tendances politiques de Barjavel (et vu où le bouquin a été publié initialement) Encensé comme une des pierres fondatrices de la SF française, je vous dirais de passer votre chemin. Il est tout-à-fait probable de poser les questions de la technologie, de l'énergie, de notre rapport à l'agriculture et à l'élevage de manière progressiste et critique - or ici il n'en est rien. La date de parut [...]

    7. Je ne suis pas fan de science-fiction mais j'ai trouvé ce grand classique de la littérature d'anticipation purement et simplement génial. PS: "Ravage" est sorti en 1943 en pleine deuxième guerre mondiale

    8. Le monde tout à coup privé d'électricité.Un pessimisme à l'endroit de l'homme macrocéphale, de la publicité reine, de la folie galopante sur fond de rationalisme scientiste. La machine sent et pense pour lui, l'homme n'est plus qu'un technicien.Un réalisme sans concessions, sans minauderies dans la description du monde ravagé : banditisme, incendies, pénuries alimentaires, retour à un monde de seigneurs-brigands dans leurs mottes féodales. La mise en scène de la folie, crue, sans co [...]

    9. I loved the first half of the book, which shows a really realistic possible "future" with the problem of our "addiction" to technologies. The part where the heroes run away from the fire/epidemia/mass hysteria was too long in my opinion. The book was doing really well until ending plot, with a strong return to religion where women have such a small role in this new society except intense baby breeding and cooking.

    10. It was very boring and I am just glad it finished!!! The characters don't have a personality and that bothered me so much! Ok I understand that they are trying to survive, but there wasn't anything special that made me like "yes that's totally something he/she would do". They just got on my nerves.Also the writing was very confusing. Half of the time, I was like "what is happenning". I didn't really like the end either

    11. Hell, no ! Finir ce livre a été aussi pénible que la traversé de la caravane.En passant outre les incohérences scientifiques (parfois lourdes), il existe des éléments hautement plus dommageable si ce n'est vomitifs.Premièrement, le progrès technologique ne s'est accompagné d'AUCUN progrès social. Chose peu pensable. On ne parle pas de la place des ouvriers ("usés par l'usine à 50ans mais qui en auront bien profité" non mais sérieux ????) ou des catégories "utiles" mais bien dispe [...]

    12. Même si je ne suis pas fan de science-fiction à la base, c'est le 3ème livre de René Barjavel que je lis (après La Nuit des Temps et Le Grand Secret). J'ai trouvé que l'histoire commençait à devenir "bizarre" vers la fin de la deuxième partie, mais alors la toute dernière partie intitulée "Le Patriarche", c'était franchement du grand n'importe quoi.

    13. Oui, alors moi je dis bien, mais bien que le début Tant qu'il s'agit de survie et de quitter Paris, c'est pas mal. Après, quand ils s'installent à la campagne ça fait un peu trop pétainiste et retour à la France agraire On croirait un JT de 13 heure sur TF1 J'étais bien déçu

    14. I don't really like science fiction, but here it's really fun to see the world the author created for days like now.It's really actual for a book wrote in 1943

    15. Un livre qui marque les esprits à coup sur.Cela commence par une société basée en l'an 2052, avec toute la technologie ultra avancée que peut inventer la science-fiction.Vient une disparition de l'énergie electrique (on peut penser à un attentat) qui met tout en cause . les gens reviennent à l'état primaire qu'ils ne connaissent plus, doivent essayer de survivre etcEn fait les descriptions faites par l'auteur peuvent parfois se révéler longues, mais n'est en réalité qu'un bonheur, c [...]

    16. Un des livres "phares" de ma jeunesse, je l'ai lu 4 ou 5 fois au collège. Même si aujourd'hui j'y vois un peu mieux les ficelles, les défauts et les clichés, il garde une grande partie de sa force (mais c'est peut-être la nostalgie qui m'enduit d'erreur).C'est donc la fin du monde "civilisé", un thème assez classique ; un groupe de personnes tente de s'en sortir malgré tout. La lutte pour la survie, la fuite devant ce qui pourrait être considéré comme une "vengeance" de la nature, le [...]

    17. Un livre très inégal Je l'ai commencé sans appréhension, puisque je suis une grande fan des autres romans que j'ai pu lire de cet auteur. Je dois d'abord dire que j'ai adoré la partie science-fiction/horreur, très en avance sur son temps, avec des scènes si bien décrites qu'elles vous retournent l'estomac, car comme d'habitude je n'ai rien à redire sur le style de Barjavel tout en finesse. Mais comment apprécier cette apocalypse futuriste quand la réalité dans laquelle elle se dérou [...]

    18. ნამდვილად არ ვიცი, ჰქონდა თუ არა რენე ბარჟაველს მომავლის განჭვრეტის ის დიდებული ნიჭი, რომლითაც, მაგალითად, ჟიულ ვერნი გამოირჩეოდა. თუმცა, ერთი რამ ცხადია: ის, რაც ბარჟაველის გმირებს ემართებ [...]

    19. Overall a very interesting book - plenty of problems with the plot and characters, as other reviewers will point out, but I thought it was fascinating to read a piece of early science fiction that was written in the Vichy period. It's a startling vision of the future. I thought the ending especially was on the nose, but it is interesting in that it (and the entire book really) reflects a fear of the future and a desire to return to mythical agrarian roots in a time of intense crisis, violence, a [...]

    20. J’ai bien aimé la naiveté de ce livre emplit de vérités. Nous invite à interroger nos rapports aux technologies et à la consommation. Barjavel écrit ce livre à l’entre deux guerres et pourtant anticipe beaucoup des maux de notre société actuelle.

    21. Another good book from Barjavel, starting in Paris's near future when electricity (and most technologies) suddenly stop working, bringing chaos to modern civilization.

    22. Un univers fascinant (d'autant plus qu'il a été imaginé au début des années 40) mais de vraies lourdeurs dans l'intrigue.

    23. Dystopie intéressante, construite sur l'actualité de l'époque.Les références et allusions sont claires.L'histoire est prenante et bien écrite.Les thématiques et fantasmes sont celles d'un jeune adulte, avec des goûts misogynes.

    24. Un peu sombre par moment, mais la magie Barjavel, toujours cette magie dans l'écriture et les idées, sa façon bien à lui de nous transporter dans ses visions du monde, de la société. Où comment une simple coupure de courant pourrait entraîner la fin du monde tel qu'on le connaît, en emportant avec lui, étape par étape, tout ce qui fait la société moderne. C'est magnifique, jouissif et inquiétant, une merveille de littérature, comme d'habitude avec Barjavel !

    25. Terrifiant récit de ce qui pourrait être la fin du monde. Arrivée à un stade de son évolution où les machines et l’électricité sont partie prenante de la vie, l’humanité s’est éloignée depuis longtemps de la nature et des choses simples. Assistée par les derniers exploits de la science, elle dépend des inventions de l’homme, à tous les niveaux. Mais le jour où l’électricité ne rempli plus son rôle, le jour où tout s’arrête, l’humanité entame sa descente inéluc [...]

    26. J'ai toujours été fan de science-fiction, mais de celle qui est improbable, sordide et légère. Mais avec ce livre de Barjavel, j'ai retrouvé une toute autre science-fiction : une qui est est réel, qui est toute proche et qui fait peur.J'ai réfléchi tout le long de cet ouvrage, cependant, je n'aurais jamais dû lire la fin et laisser mon imagination finir ce livre. Je la trouve trop brutale, laissant un sentiment amère de déception. Le message de fin est en demi-ton :- Barjavel a raison [...]

    27. J'ai beaucoup aimé assister à l'établissement d'un monde futuriste complètement extravagant et à sa destruction. Le monde de 2052, étant imaginé par Barjavel en 1943, a une histoire très différente de la nôtre (après tout, en 1978, les Noirs d'Amérique du Nord N'ONT PAS été déportés en Amérique du Sud (Voyons donc!) et un immense chemin de fer suspendu traversant l'Europe N'A PAS été construit en trois jours au tournant des années 2000), ce qui est par moments très drôle. L [...]

    28. je. non. Toute l'apocalypse présentée et construite est absolument grandiose, les détails surprenants de lucidité pour l'époque tende à rendre crédibles ce qu'amènerait une fin technologiqueISLa fin du livre a mis mes nerfs à rude épreuve, enfin même tout au long du livre la place laissé aux femmes, me faisaient sursauter les "mon petit", les glorifications de la soumission des femmes et des hommes guerriers étaient déjà insupportablement débiles. Mais cette fin, cette fin compl [...]

    29. Ce que j’ai aimé : Les lectures de Barjavel se ressemblent, et sont fluides et poétiques.Ce que je n’ai pas aimé : Avec la Nuit des Temps, c’est le chef-d’oeuvre de Barjavel. Sauf que je pense que cette lecture arrive trop tard dans ma vie : ça a vieilli, ça manque de raison d’être et c’est un peu trop « Travail, Famille, Patrie, vive la paysannerie ». Non, vraiment, c’est à lire quand on est ado et qu’on découvre l’anticipation, après c’est trop tard. En plus, je [...]

    30. En général j'aime bien lire Barjavel, je trouve qu'il écrit bien et qu'il créé des histoires intéressantes. Ici, ça a assez bien commencé: j'ai bien aimé son monde du futur imaginaire. L'histoire entière, pourtant, était un peu trop bizarre pour moi. En plus, c'était de loin le plus machiste livre de Barjavel que j'ai lu, et même s'il faut le prendre comme produit de son époque, j'ai trouvé la fin (le patriarche) un peu trop macho pour surmonter!

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *